News

Studio

Sébastien Renard nous a ouvert les portes de son studio pour cette seconde séance d'initiation. La dizaine de compères inscrit s'est donc retrouvé ce samedi 14 mars à Richarménil, et a pu découvrir non seulement le matériel d'un photographe professionnel, mais surtout le déroulement "classique" d'une séance en conditions réelles. Pour l'occasion, deux modèles furent de la partie.

Après une brève explication de son matériel, nous entrons dans le vif du sujet.

Les modèles étant des habituées, il passe outre la première série que je nommerais "photos d'identités" qui sert essentiellement à mettre en condition, en confiance, à découvrir les envies, les attentes, à se connaître les uns les autres, et à comprendre ce que les modèles aiment et n'aiment pas chez eux en photographie.

La première série débute donc avec deux softbox, et un fond papier blanc. L'appareil et les flashs réglés, il place la personne, je dois dire, d'une façon de maître et avec une aisance déconcertante. Même si celle-ci est une habituée, il n'hésite pas à corriger sa position, à la voix et surtout à la main, l'œil souvent dans le viseur à surveiller la lumière et l'effet, les ombres, qu'apportent les lampes pilotes, s'imaginant déjà le rendu final. Sitôt la pause et l'éclairage estimés corrects, les flashs donnent de leurs puissances. Sébastien changent de place, n'hésitant pas à tourner autour du personnage, voir même à sortir du cadre du fond, repositionne quelques peu le sujet, et vlan !

Une dizaine de photos dans diverses positions sans déplacer l'éclairage, mais préférant bouger le modèle, et bouger lui-même, et la première série est bouclée.

1 2

Images brutes, non retouchées

Nous qui lors de nos essais studio au club restions statiques et préférions bouger les flashs ou changer sans arrêt la puissance de ceux-ci sommes étonnés tout autant par sa technique que du résultat.

- Le modèle est plus facile à délacer que les flashs, nous avoue-t-il en souraint.

Nous descendons tous dans son bureau visualiser le résultat, pendant que les deux modèles se changent. Après un premier regard sur la série, il en sélectionne une de chaque fille, et les importent dans Photoshop. Les clichés déjà excellent passent alors par diverses manipulations, corrections à coup d'outils tels que correcteur, pièce, saturation, masque de fusion, dans un bruit de clac clic clic clic clac clic clic clic devant une troupe "d'amateurs photographes" qui n'en croie pas leurs yeux ! En moins d'une minute, il corrige l'exposition, efface les quelques éléments disgracieux des sujets, débouche quelques ombres qui lui paraissent gênantes, va même jusqu'à remaquiller à coup de masque de fusion les yeux et la bouche...De conquis par l'artiste, je deviens telle une groupie qui crie le nom de son artiste à un concert; bref, j'en reste coi, baba, sur le c...

Une grande leçon de maîtrise vient de nous être démontrée, tant sur le placement des modèles et de la lumière, que sur la maîtrise et l'amélioration des clichés dans Photoshop.

Il en sera ainsi pour les trois séances, dans trois styles d'ambiances différents, utilisant 2 flashs, puis un flash avec nid d'abeille, puis 3 flashs pour créer un arrière plan noir, et ce malgré un fond papier blanc !

Tout naturellement, presque logiquement je dirais, à la fin de la dernière séance, il détache l'émetteur de son appareil, et, nous lance un "Qui veut essayer ?"

Johann s'y colle, monte son 80/200mm, visse l'émetteur, et se rend à l'endroit même où était Sébastien il y a une minute. Le modèle ayant relâché la pose, attend quelques indications de sa part...Je dois dire que quiconque à sa place n'aurait pas fait mieux, et que personnellement j'aurais fais bien pire. Comprenant son désarroi, elle commence à se placer tandis que Johann cadre. En fait, ce qu'il ne voyait pas, c'est que Sébastien, placé derrière lui, la plaçait simplement par geste! Il s'apprête à déclencher, mais Sébastien, après avoir positionné la fille, place maintenant le photographe. Clac ! c'est dans la boite. Un à un, nous avons ensuite pris l'appareil, pour finir cette dernière série dans une ambiance décontractée et joyeuse, partagée par chacun, y compris les deux modèles qui nous ont consacré une après-midi de leurs temps.

3

Image brute, non retouchée

Après un dernier aperçu de nos œuvres, nous remercions ces trois artistes, et quittons le studio vers 19 heures les yeux émerveillés, avec en prime une bonne claque à l'ego.

Encore merci pour cette journée, riche en apprentissages. Une grande leçon de professionnalisme à des amateurs qui ne sont pas prêt d'oublier cette journée.

Le thème du concours qui aura lieu courant octobre 2009 est:

 

Que reste-t-il ?

 

Sujet vaste, qui ouvre à beaucoup de possibilités, mais sujet très intéressant !

Quelques indications :

Que reste-t-il….Du temps passé.

Que reste-t-il….Du travail ou du passage de l’homme.

Que reste-t-il….Des effets du temps. ( climatique)

Que reste-t-il… D’une manifestation culturelle, contestataire, syndicale….etc.

Etc…..

L’originalité de ce sujet et surtout sa difficulté consisteront à montrer par l’image une action passée , physique ou intellectuelle, sur un élément, un espace temps, une vie.EmbarassedFoot in mouth

A noter qu’il y aura aussi un thème libre cette année.

Le règlement sera en ligne avant le printemps sur le site. Règlement avec quelques changements, mais qui n’affecte en rien le fond et le sujet du thème imposé. On peut donc se mettre tout de suite au travail !Wink
Un exemple:

C’est avant tout une vraie histoire de couple,
une vraie histoire d’amour, d’humour et de complicité,
pour pimenter tout ça : tous les moyens sont bons !

Leur recette ? Versez dans un bol une idiote et un misogyne que vous avez préalablement fait mariner 6 ans dans un bain de vie commune. Ajoutez comme ingrédient, une pincée de crédits à la consommation, un zeste de mauvaise foi, une louche de reproches, une grossesse à point, une rondelle de sexe, une soirée entre amis sauce vinaigre, une marmite d’engueulades ainsi que 3 sachets de levure parfum caricatures salées. Saupoudrez le tout d’une fricassée de gags, et d’un nuage de tendresse. Laissez cuire pendant 90 min à feu vif, vous obtiendrez « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup... d’emmerdes ! »

Une séance photo réalisée par :KLEIN Danielle;DE ABREU Fernando et CAVE Johann

julie&julian


D'autre photos seront disponibles sur ce lien:

http://site-photos.clubphoto-dombasle.net/

EXPOSITION PHOTO "SPECTACLES VIVANTS"

affiche de l'exposition à Uckange

Par le Collectif de Photographes « Spectacles Vivants » :

Passionnés de théâtre et de spectacles de rue, les membres du collectif « Théâtre de Rue » issu du Club Photo de Dombasle (54) ont glané pendant 1 an des images d’artistes et de leurs prestations lors de différents festivals en Lorraine. Cette exposition rend hommage à tous ces saltimbanques de la Rue, vus par le « Petit bout de l’objectif » de ces 7 photographes meurthe et mosellans.
De part cette passion commune pour cet art ceux-ci ont donc décidé de mettre en commun leurs images. Cet échange a abouti à la décision d’organiser cette exposition collective, résumé d’un peu plus d’un an de prises de vues.
Cette exposition a pour but de présenter ce travail mais aussi, et surtout, de partager avec ses visiteurs cette passion pour cet art par le biais de l’image, en se faisant se rencontrer art photographique et art du spectacle.
Ces images présentent ainsi des instantanés de spectacles, des expressions de leurs acteurs, moments fugitifs, éphémères et figés, visions inhabituelles et originales pour des spectacles animés et vivants…
De plus, la diversité des regards posés sur ces prestations et leurs acteurs, tente de vous montrer des points «de vue» et ressentis très personnels de chacun des photographes.
Enfin, et avant tout, cette exposition se doit de rendre hommage à tous ces Artistes de la Rue, petits ou grands, professionnels ou amateurs, qui par leurs spectacles, leurs prestations, leurs performances mais surtout par leur ART, nous apportent ce bonheur et cette sensibilité toute particulière à l’Art de la Rue.
Nous espérons ainsi que cette exposition vous donnera l’envie de découvrir ou redécouvrir en tant que spectateurs les productions de ces artistes lors des différents festivals des Arts de la Rue, institués ou improvisés, se déroulant dans notre région ou ailleurs.
Cette exposition ne se voulant pas figée et éphémère, elle évoluera et s’enrichira au fil du temps et fera à son tour, tel les artistes et leurs spectacles, sa « Tournée » dans d’autres lieux liés à cet Art.

Du 8 octobre au 1er novembre 2011, parc du haut-fourneau, UCKANGE

Du mardi au dimanche, de 14h à 18h30
Vendredi et samedi, de 20h30 à minuit
Ouverture spécifique pour les scolaires, les mardis et vendredis, les matins (+33 (0)3 82 57 37 37).
Fermeture hebdomadaire : lundi

Membres en ligne

Nous avons 61 invités et un membre en ligne

  • jm54